Connexion
Nutrition et syndrome du côlon irritable
Le côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est une pathologie digestive fonctionnelle (c’est-à-dire une pathologie pour laquelle aucune cause organique n’a pu être identifiée) qui associe un inconfort digestif et/ou des ballonnements associés à un trouble du transit. Environ 5% des français souffriraient d’un SCI, qui représente l’un des premiers motifs de consultation chez le gastroentérologue. Les personnes atteintes décrivent une altération de leur qualité de vie quotidienne. 

L’alimentation étant l’un des principaux facteurs déclencheur ou aggravant d’un SCI, au sein de NutriNet-Santé, les chercheurs se sont intéressés aux liens entre l’alimentation et le syndrome du côlon irritable.


Nos résultats de recherche 

Une alimentation de type « occidentale » avec une forte teneur en céréales, produits sucrés, snacks salés, boissons sucrées et une faible teneur en fruits et légumes, ou encore un régime avec une teneur élevée en aliments ultra-transformés sont plus à risque. 


Ces résultats apportent des connaissances supplémentaires sur le type d’alimentation susceptible de favoriser la survenue ou d’aggraver un syndrome du côlon irritable.
Désormais, afin d’identifier quels nutriments seraient plus spécifiquement impliqués dans ce syndrome, nos chercheurs s’intéressent aux fibres ou encore aux FODMAPs (sous-types de sucres pouvant fermenter dans le côlon). 

Pour faire avancer la recherche et connaître les avancées scientifiques sur les liens entre la nutrition et le syndrome du côlon irritable, inscrivez-vous à NutriNet-Santé et restez connectés ! 


 

Copier le lien de l'article :

copié


Teasing vidéo NutriNet-Santé

Qu’est-ce que l’étude NutriNet-Santé ? Quels sont ses axes de recherche ? Quels sont ses objectifs ?

En exclusivité, découvrez le teasing de la vidéo NutriNet-Santé ! Aimez, partagez et surtout, invitez vos proches à participer à cette grande aventure humaine et scientifique !

 


Copier le lien de l'article :

copié


10 ans !
Chers Nutrinautes, 
En mai 2009, l’étude NutriNet-Santé voyait le jour. 10 ans après, ce sont plus de 160 000 Nutrinautes qui font vivre cette aventure humaine et scientifique. MERCI !

A l’occasion de cet anniversaire et pour vous remercier de votre engagement et de votre fidélité, nous vous réservons bien des surprises sur les mois de mai et juin. Alors un conseil : RESTEZ CONNECTES !

Copier le lien de l'article :

copié


Alimentation et asthme dans l’étude NutriNet-Santé
Nous présenterons ici les méthodes ainsi que les résultats d’une première étude sur les relations entre alimentation et asthme qui a fait l’objet d’une publication dans une revue internationale.

Méthodes

En 2017, 34 766 Nutrinautes pour lesquels des données sur leur comportement alimentaire ont répondu à un questionnaire détaillé sur la santé respiratoire.
Nous avons caractérisé l’asthme par un score de symptômes d’asthme, basé sur le nombre de réponses positives à cinq questions sur la présence de symptômes d’asthme dans les 12 derniers mois. Le contrôle de l’asthme a été évalué par l’ACT (test de contrôle de l’asthme), outil permettant de mesurer le contrôle de l’asthme de manière rétrospective (4 dernières semaines). La qualité globale de l’alimentation a été évaluée à l’aide de trois scores ce caractérisation des habitudes alimentaires utilisés au niveau international : L’AHEI-2010 (Alternative Healthy Eating Index-2010) qui mesure le degré d’adhésion à une alimentation saine, le MEDI-LITE (literature-based adherence score to Mediterranean diet)  qui mesure le degré d’adhésion à un régime de type méditerranéen et le mPNNS-GS (Programme National Nutrition Santé-Guideline Score modifié) qui mesure le degré d’adhésion aux recommandations nutritionnelles françaises.

Les associations entre les scores alimentaires et le score de symptômes d’asthme ainsi que son contrôle ont été étudiées à l’aide de modèles statistiques adaptés.


Résultats

Environ 25 % des participants ont rapporté au moins un symptôme d’asthme. Après ajustement sur différents facteurs de confusion (l’âge, le tabac, le niveau d’éducation, l’activité physique, l’apport énergétique, la rhinite allergique, les antécédents familiaux d’asthme), nous avons observé qu’une meilleure adhérence à une alimentation saine était associée à une diminution  des symptômes d’asthme de 21 %, 21 % et 11 % chez les femmes, et de 33 %, 28 % et 27 % chez les hommes, respectivement pour les trois scores alimentaires AHEI-2010, MEDI-LITE et mPNNS-GS. Parmi les asthmatiques (n=2 609), 15 % des femmes et 11 %  des hommes avaient un asthme mal contrôlé et une meilleure adhérence à une alimentation saine était associée un plus faible risque d’asthme mal contrôlé.


Conclusion

Une meilleure adhérence à une alimentation saine est associée à moins de symptômes d’asthme et à un meilleur contrôle de l’asthme, suggérant ainsi le rôle potentiel des recommandations nutritionnelles encourageant l’adoption d’une alimentation saine pour la prévention  de l’asthme.

D’autres études restent cependant nécessaires au sein de la cohorte NutriNet-Santé pour renforcer ces résultats, notamment des analyses longitudinales (en suivant dans le temps un grand nombre de Nutrinautes sur plusieurs années), avec le recueil des données sur l’évolution de l’asthme au cours du temps. Pour cela, l’implication des Nutrinautes déjà inscrits mais aussi le recrutement de nouveaux participants à l’Etude NutriNet-Santé s’avèrent plus que jamais nécessaire.
 

Copier le lien de l'article :

copié


L'asthme : le comprendre pour mieux le prévenir
Une problématique de santé publique

Dans le monde, plus de 350 millions de personnes souffrent d’asthme. La prévalence de l’asthme a beaucoup augmenté au cours des 40 dernières années et cette augmentation concerne de nombreux pays dans le monde même si elle est plus marquée dans les pays industrialisés. L’asthme est un enjeu majeur pour la santé publique pouvant avoir des répercussions importantes car il représente la 28ème cause d’invalidité dans le monde avec des impacts économiques considérables. En France, sa fréquence est estimée à environ 10 %.

C’est une maladie complexe et multifactorielle avec des déterminants génétiques, sociaux et environnementaux. L’augmentation rapide de sa fréquence au cours des dernières décennies pourrait être liée à des facteurs environnementaux et comportementaux, notamment la modification des comportements alimentaires. La recherche sur le lien entre alimentation et asthme reste toutefois moins importante par rapport aux autres maladies chroniques et aucune mesure de prévention intégrant des recommandations claires sur l’alimentation n’existe à ce jour.

L’asthme : bien le comprendre pour mieux le prévenir

Problématique de santé publique émergente, au sein de NutriNet-Santé les chercheurs ont développé un axe de recherche qui lui est dédié dont les objectifs sont : 
•    Améliorer la caractérisation de l’asthme et ses diverses expressions dans la cohorte NutriNet Santé
•    Etudier les relations entre divers facteurs nutritionnels, l’asthme et ses diverses expressions
•    Etudier l’évolution de l’asthme dans le temps en relation avec divers facteurs nutritionnels
•    Etudier les relations entre divers facteurs environnementaux et comportementaux, leurs interactions, l’asthme et ses diverses expressions

A ce jour, les études montrent qu’une meilleure adhérence à une alimentation saine est associée à moins de symptômes d’asthme et à un meilleur contrôle de l’asthme, suggérant ainsi le rôle potentiel des recommandations nutritionnelles encourageant l’adoption d’une alimentation saine dans la prévention de l’asthme.

Cependant, d’autres études restent nécessaires au sein de la cohorte NutriNet-Santé pour renforcer ces résultats, notamment des analyses longitudinales (en suivant dans le temps un grand nombre de Nutrinautes sur plusieurs années), avec le recueil des données sur l’évolution de l’asthme au cours du temps. Pour cela, l’implication des Nutrinautes déjà inscrits mais aussi le recrutement de nouveaux participants à l’Etude NutriNet-Santé s’avèrent plus que jamais nécessaires.

Pour plus d’informations retrouvez en français les résultats de la dernière étude  « Alimentation et asthme dans l’étude NutriNet-Santé » 
 

Copier le lien de l'article :

copié






Publications